Aujourd’hui je vais vous parler de la sensibilité de la peau des chevaux.

L’épiderme et la peau des chevaux font l’objet de fausses croyances ;

On se dit, les chevaux ce sont des grands animaux et tous les grands animaux ont la peau très dure.

Donc il n’y a pas de problème ; si on veut commander les chevaux, il faut mettre des éperons, il faut prendre une cravache parce que comme ils ont la peau dure, ils ne sentent rien.

Eh bien, figurez-vous qu’il y a eu des études scientifiques qui ont été faites qui montrent exactement le contraire.

Mais vraiment dans une proportion très importante.

C’est-à-dire que l’épiderme, qui est la surface de la peau, qui détermine la sensibilité, chez un humain elle fait 0,08 mm d’épaisseur.

Chez un cheval, elle fait 0,05 mm.

Donc elle fait 38 % de moins chez un cheval que chez un humain.

Ou inversement, si l’on parle des chevaux à 0,05, la peau des humains est 60 % plus épaisse, moins sensible à la douleur, que la peau des chevaux.

Vous imaginez ?

Donc vous voyez la douleur qu’on peut créer avec des éperons ?

Imaginez vous piquer avec des éperons ou avec une cravache puis augmentez le niveau de douleur de 60 %.

Eh bien, c’est ce que vous faites avec vos chevaux quand vous les corrigez, par exemple.

Alors, ce qu’il faut savoir également, c’est que l’endroit le plus sensible chez les chevaux, c’est comme par hasard l’endroit où on met les talons.

C’est un endroit hyper sensible et donc si en plus vous mettez des éperons, je ne vous dis pas les dégâts que vous faites sur vos chevaux.

Bien sûr tout ce que je vous dis là, ce sont des erreurs que j’ai commises évidemment.

Je ne critique pas puisque pendant 25 ans j’ai monté avec une cravache et il m’est arrivé de monter avec des éperons les chevaux qui n’avançaient pas en compétition, par exemple. Même si à la maison je n’en ai pas mis souvent.

J’ai longtemps brossé mes chevaux avec un bouchon classique.

Mais mettez-le sur votre peau, vous allez voir que ça fait mal. Alors vous imaginez 60 % de douleur en plus sur un cheval ?

Aujourd’hui je n’utilise plus ça. J’utilise une étrille en caoutchouc toute simple parce que là au moins je ne fais pas mal.

Si vraiment c’est l’hiver et qu’il y a de la boue j’utilise une étrille américaine métallique, parce que ça aussi, ça ne fait pas mal à la peau.

Et puis pour brosser, je n’utilise pas un bouchon, j’utilise une brosse en crins de chevaux qui ne fait pas du tout mal. Mes chevaux l’adorent.

Et ainsi, ils apprécient le pansage. Ce n’est pas une douleur pour eux comme ça peut l’être quand on utilise des instruments qui font mal.

Donc vous voyez qu’à partir du moment où vous pensez que la peau du cheval est 60 % plus sensible que la peau d’un humain, vous comprenez que l’équitation que l’on pratique est un non-sens et qu’on devrait pratiquer une équitation de légèreté. Une équitation qui soit légère aux jambes.

Les jambes ne servent pas à faire avancer les chevaux. Elles servent uniquement à les sanctionner quand ils n’avancent pas.

Ce n’est pas du tout la même chose. C’est ce que j’explique dans le Générateur de Mouvement en avant.

Quand à la cravache, vous pouvez totalement la proscrire parce que ça veut simplement dire que votre cheval n’est pas connecté avec vous et n’a pas du tout envie de faire ce que vous lui demandez.

Donc ça aussi vous pouvez oublier.

Ça doit faire maintenant deux ou trois ans que j’ai abandonné la cravache et je ne m’en plains pas du tout.

Ça me prend peut-être quelques minutes de plus pour faire coopérer mes chevaux mais c’est tout et ça vaut largement la peine d’essayer d’obtenir la même chose sans cravache.

Et puis pour le pansage, bien sûr, prendre des outils doux qui ne font pas mal aux chevaux.

Essayez les outils sur vous. Si vraiment vous les trouvez douloureux, pensez que vos chevaux ont 60 % de plus de douleur que vous.

Donc je vous laisse réfléchir à ça.

Je suis Laurent Fumet auteur du livre « 41 mensonges équestres qui vous empêchent de progresser« . J’aide les cavaliers qui travaillent seuls à avoir un cheval heureux et motivé pour pratiquer une équitation sans contrainte grâce à la méthode des 3P (Physique, Psychique, Pratique) car je pense que rien n’est plus important que la compréhension du cheval.

Pour aller plus loin :

Massages et étirements du cheval

 

La peau des chevaux est-elle sensible