5 lois pour aller vers une équitation naturelle.

 

Aujourd’hui j’ai déterminé quatre grandes raisons qui éloignent les cavaliers d’une équitation naturelle et j’en ai ressorti cinq grands principes que j’ai appelés cinq lois de l’équitation naturelle.

 

Quelles sont donc ces quatre erreurs que font les cavaliers qui les éloignent d’une équitation naturelle ?

La première erreur pour moi, c’est le fait que les cavaliers ne voient pas la souffrance des chevaux.

 

Alors c’est vrai que quand on est habitué à la voir, on a tendance à la voir partout et à ne plus sortir de chez soi, ce qui est un peu mon cas.

Adepte du travail fractionné, je vois la souffrance du dos des chevaux. Adepte du pied nu, je vois la souffrance des pieds des chevaux. Adepte de la monte en simple licol ou en longe, je vois la souffrance du mors sur les chevaux ou de la muserolle…

 

Je vois la souffrance musculaire des chevaux emboutis par les cavaliers.

 

je vois la souffrance physique, au niveau des vertèbres, des chevaux qui sont montés avec une selle qui n’est pas adaptée…

 

Donc la première loi, je l’appellerais la loi de l’observation, c’est-à-dire être capable de déterminer ce qui fait souffrir les chevaux.

 

Leur mode de vie. Les chevaux doivent avoir des relations sociales avec leurs congénères, doivent marcher une grosse partie de la journée, doivent manger une grosse partie de la journée et de la nuit.

 

Du coup, lorsque vous voyez un cheval, vous allez savoir s’il a des ulcères à l’estomac par exemple. 80 % des chevaux en ont. Ça se voit à l’œil nu, vous n’avez pas besoin de les ausculter. Ça se ressent en fait.

 

Autre exemple ; montrez-moi les pieds de vos chevaux et je vous dirai quel est votre niveau de connaissance des chevaux.

 

Tout se voit dans les pieds.

 

Tout ça c’est la loi de l’observation.

 

J’en ai fait une deuxième loi, qui est la loi du respect.

 

  • Respect du dos, avoir une salle adaptée,

 

  • respect des pieds,

 

  • respect en ayant un cheval souple pour qu’il ait une plus grande durée de vie en bonne santé,

 

Pour cela, il faut apprendre la podologie, l’éthologie, des bases d’ostéopathie, et étudier l’alimentation.

 

Le deuxième concept pour moi, c’est le fait que la plupart des gens ne laissent aucune liberté à leur cheval.

 

Le cheval est enfermé dans un box. Quand il sort il est enfermé dans un paddock ou un marcheur. Quand il sort il est enfermé dans un manège. Quand il sort il est enfermé dans une carrière. Et quand il sort il est enfermé dans un van.

 

Vous voyez ce que je veux dire ; il est tout le temps enfermé.

 

Avec le temps, on arrive même à leur faire perdre cette notion si importante pour les chevaux, qu’est la liberté.

 

Or pour un cheval, la liberté c’est la valeur, le besoin le plus important. Et on arrive à leur faire perdre ça.

 

On embouti les chevaux, on leur met des enrênements, on leur met des mors durs…

 

Donc la troisième loi, c’est la loi de la liberté.

 

Pour moi, le modèle c’est Lorenzo qui est capable d’éduquer ses chevaux dans les marais de Camargue en totale liberté.

 

C’est Frédéric Pignon. C’est même Pat Parelli qui dit « Enlevez le licol et il vous reste la vérité« .

 

La loi de la liberté, c’est ce qui permet d’aller vers une équitation naturelle quand on a compris que c’est la liberté qui permet aux chevaux d’être présents avec nous.

 

La quatrième loi provient de notre mental, car la relation que nous avons avec nos chevaux dépend uniquement de notre mental, en fait.

 

C’est-à-dire que plus on maîtrise notre mental, plus on le connaît, plus on le comprend, plus on agit dessus et meilleure sera la relation avec nos chevaux.

 

Et ça il faut bien le comprendre. C’est ce que j’explique dans le Générateur de Connexion et je vous encourage à développer les techniques de développement personnel, à commencer d’ailleurs par l’auto-hypnose qui permet de démultiplier les résultats de toutes les autres techniques, même de la méditation.

 

Et puis la dernière loi, la cinquième loi, est liée au fait qu’on ne nous apprend pas les techniques des grands maîtres.

 

C’est pourtant essentiel de connaître les techniques des grands maîtres.

 

J’ai passé tous mes examens d’équitation sans savoir que La Guérinière avait existé un jour, ou sans savoir même que Baucher avait existé un jour.

 

On  ne nous apprend pas l’histoire de l’équitation.

 

Et c’est pourtant comme ça qu’on découvre les vraies techniques, les bonnes techniques, celles qu’on peut appliquer :

 

  • « Calme, en avant et droit » du Général L’Hotte,

 

  • La légèreté de Beudant,

 

  • L’équitation par la main seule. La plupart des enseignants ne savent pas qu’on peut faire de l’équitation uniquement avec les mains sans utiliser les jambes. C’est pourtant une technique qui fait partie de notre histoire.

 

Il y a des livres qui ont été écrits sur ces sujets. C’est quasi inconnu.

 

Comme je dis toujours, si les jambes servaient à faire avancer les chevaux, les jockeys monteraient long.

 

Or les jockeys ne se servent pas de leurs jambes pour faire avancer leurs chevaux. Ils se servent de leurs mains.

 

Vous trouverez plus d’explications sur ce sujet dans le Générateur de Mouvement en Avant.

 

Je vous récapitule les cinq lois :

 

  • La loi de l’observation en numéro un, très importante pour respecter nos chevaux.

 

  • Donc la deuxième loi c’est la loi du respect, qui vient justement derrière. Ce n’est pas le tout d’observer, il faut en tirer des conclusions.

 

  • La troisième loi, c’est la loi de la liberté, très importante en équitation naturelle.

 

  • La quatrième loi c’est la loi du mental, ça détermine tous nos résultats.

 

  • Et la cinquième loi, c’est la loi des grands maîtres. Parce que sans technique, il manque quelque chose comme l’ont rapidement constaté les « chuchoteurs ».

 

Je suis Laurent Fumet auteur du livre « 41 mensonges équestres qui vous empêchent de progresser« . J’aide les cavaliers qui travaillent seuls à avoir un cheval heureux et motivé pour pratiquer une équitation sans contrainte grâce à la méthode des 3P (Physique, Psychique, Pratique) car je pense que rien n’est plus important que la compréhension du cheval.

Les 5 lois de l'équitation naturelle