Pourquoi vous devez absolument travailler la souplesse de vos chevaux ?

 

Cette vidéo concerne le physique du cheval.

 

La souplesse, pour moi, c’est le fondement même de l’équitation.

 

Il y a des cavaliers qui ont un a priori défavorable sur la souplesse parce qu’ils considèrent qu’un cheval qui est souple est une anguille et une anguille, on ne peut pas la contrôler.

 

Mais souvent, ils s’arrêtent à la souplesse de l’encolure.

 

Pour moi, la souplesse c’est l’intégralité du corps et je vais vous expliquer pourquoi je pense, au contraire, qu’avoir un cheval souple permet de répondre à toutes les questions fondamentales de l’équitation.

 

La première souplesse chez un cheval, c’est la souplesse de la bouche.

 

N’écoutez pas les juges de dressage qui vous disent qu’il faut fermer la bouche des chevaux. C’est contre-nature. C’est absolument contre l’équitation traditionnelle. C’est contre tous les principes possibles et ça mériterait même des actions en justice pour maltraitance.

 

La bouche du cheval doit être libre. Elle doit bouger. Elle doit être souple.

 

Imaginez un danseur étoile à qui on aurait mis un sparadrap sur la bouche pour qu’il n’ouvre pas la bouche au lieu de faire des grands sourires pendant qu’il danse. Ça ne donnerait rien du tout.

Et un danseur étoile n’a pas un mors dans la bouche comme les chevaux.

 

Les actions de main sur le mors provoquent des douleurs.

 

Si le cheval ne peut pas éviter ces douleurs en ouvrant la bouche, on a tout faux.

 

Donc pour moi la première souplesse vient de la bouche. C’est ce que Baucher avait d’ailleurs expliqué.

 

Ensuite, le deuxième niveau de souplesse, on remonte un peu, c’est la nuque.

 

Pourquoi la nuque ? Parce que toutes vos actions de main que vous pouvez faire vont avoir un effet sur la bouche mais aussi sur la nuque.

 

Quel que soit le travail que vous faites avec votre cheval, dès que vous avez des actions de main, vous agissez sur la nuque.

 

La nuque n’est pas toujours en état de répondre à vos demandes et elle peut donc se bloquer.

 

Bien sûr, vous pouvez appeler l’ostéopathe mais celui-ci ne peut pas être toujours derrière vous.

 

Il faut aussi que vous sachiez faire les mouvements qui permettent d’assouplir la nuque.

 

J’ai fait des vidéos là-dessus. La nuque doit pouvoir bouger facilement dans tous les sens.

 

On sent très bien en bougeant la tête si la nuque est bloquée ou pas.

 

Le troisième point, bien sûr, c’est l’encolure.

 

Le cheval doit être capable de plier son encolure au niveau de n’importe quelle vertèbre et des deux côtés.

 

Ça peut se faire à pied. Ça peut se faire monté. C’est toute la technique des assouplissements de Baucher.

 

Ensuite on continue, et on arrive aux épaules.

 

La majorité des selles, et notamment les selles d’obstacle, bloquent le haut des épaules.

 

Donc quand on demande à un cheval d’obstacle de monter les épaules, monter les genoux pour sauter, si les selles viennent trop en avant sur les épaules, elles les bloquent.

 

Vous voyez l’effet que ça peut faire. Les pauvres chevaux travaillent dans la douleur.

 

Avoir des épaules libres, débloquées, en dressage ça permet d’avoir des allures magnifiques.

 

Il faut que les épaules soient extrêmement libres donc que la selle soit reculée des épaules. C’est très important et j’en ai déjà parlé également.

 

Après, vous avez toutes les techniques de stretching des antérieurs pour pouvoir étirer les épaules.

 

Puis vous avez la jambette qui permet également d’étirer les épaules.

 

On continue. Vous avez le dos.

 

Vous savez que le dos, pour moi c’est la courroie de transmission de l’énergie chez un cheval.

 

mais quand on monte à cheval on l’écrase et donc si on ne fait pas de travail fractionné on n’aura pas un dos souple, on aura un dos compacté, écrasé.

 

Donc, qu’est-ce qui va se passer ? C’est que l’énergie venant des postérieurs s’arrêtera au niveau de la selle et ne passera pas en avant.

 

Pourquoi ? Parce que le dos va la bloquer.

 

Je ne m’étends pas là-dessus, j’ai fait de nombreuses vidéos sur ce sujet.

 

Ensuite vous avez l’assouplissement des postérieurs.

 

Il se fait en croisant les postérieurs.

 

Je vais vous montrer avec cette jument.

 

Là, ce n’est pas bon. Vous voyez qu’elle n’est pas du tout souple sur ce côté.

 

Alors qu’elle est très souple du postérieur gauche, elle n’est pas souple du tout du postérieur droit.

 

Donc vous voyez que j’ai du travail.

 

Le problème peut venir de devant. Je crois qu’elle a un problème d’épaule. Une épaule qui la gêne.

 

Je peux avoir un problème devant qui fait que le postérieur droit ne s’engage pas.

 

Vous voyez ce n’est pas la peine que je la monte et que je la travaille tant que j’ai ce problème.

 

il faut que je le règle.

 

Alors pourquoi je dis que la souplesse c’est toute l’équitation ?

 

Parce qu’un cheval souple est un cheval calme, et inversement.

 

C’est-à-dire que si votre cheval n’est pas calme, il ne sera pas souple.

 

Vous voyez que ma jument a stressé quand je lui ai demandé de se déplacer et du coup elle s’est figée. Elle s’est bloquée.

 

Je n’avais plus le calme en fait.

 

Donc le calme, première chose très importante.

 

Le mouvement en avant, la deuxième chose très importante.

 

Le mouvement en avant vient des postérieurs. L’énergie passe sur le dos.

 

Il faut avoir un dos souple et des postérieurs souples.

 

C’est ça qui va nous donner une énergie qui va passer à 100%.

 

Après en avant et droit, vient la rectitude.

 

La rectitude, c’est le fait que chaque partie du cheval soit souple de la même manière.

 

C’est-à-dire que là avec ma jument, il y a peu de chances qu’elle soit droite parce qu’elle a un problème pour engager le postérieur droit et peut-être un problème à l’épaule gauche qu’il faut que je traite.

 

Vous voyez qu’à partir de là, ce n’est pas la peine que je monte dessus et que je travaille les assouplissements, il faut déjà que je règle le problème à pied.

 

« Calme, en avant et droit », c’est la célèbre formule du Général L’Hotte qui pour lui résumait toute l’équitation.

 

Pour moi, résumer toute l’équitation, c’est encore plus simple : c’est avoir un cheval souple.

 

Un cheval souple est calme. Un cheval souple est en avant et un cheval souple est droit. Ou tout du moins, on peut l’avoir droit.

 

Un cheval souple va être tendu, puisque l’énergie passant sous la selle va aller jusqu’à la bouche. Le cheval va venir se tendre et un cheval tendu est un cheval droit.

 

Contrairement aux personnes qui disent qu’un cheval souple est un cheval qui se tortille.

 

C’est simplement que l’énergie s’arrête au niveau de la selle. Elle ne va pas plus loin.

 

et donc à partir de là, le cheval se tortille comme une anguille. Il ne se tend pas.

 

Il se tendrait si l’énergie pouvait passer sous la selle.

 

Donc toujours mon travail fractionné qui permet de faire passer l’énergie.

 

Et puis bien vérifier, comme je viens de le faire, que toutes les parties du corps du cheval sont souples avant même de commencer le travail monté, parce que sinon vous allez faire plus de dégâts qu’autre chose.

 

Et là si je monte ma jument, je ne vais faire qu’une chose ; des dégâts !

 

Voilà, j’espère que vous avez apprécié cette vidéo d’aujourd’hui, un peu particulière, où je vous montre aussi les problèmes que je peux rencontrer.

 

Il y a beaucoup de gens qui me disent « montre-nous ce que tu sais faire »,

 

Ça ne m’intéresse pas vraiment. Je préfère montrer les problèmes que j’ai et comment je peux les résoudre, plutôt que vous afficher tout le temps ce que je suis capable de faire.

 

Il y a une vidéo sur la page d’accueil de ma chaîne YouTube qui montre ce que ce que je suis capable de faire, je ne vais pas en faire des centaines. Il y a des gens bien plus calés que moi sur le plan artistique.

 

Je préfère vous parler des problèmes que je rencontre et que vous rencontrez peut-être et comment vous pouvez les travailler et les résoudre.

 

Je suis Laurent Fumet auteur du livre « 41 mensonges équestres qui vous empêchent de progresser« . J’aide les cavaliers qui travaillent seuls à avoir un cheval heureux et motivé pour pratiquer une équitation sans contrainte grâce à la méthode des 3P (Physique, Psychique, Pratique) car je pense que rien n’est plus important que la compréhension du cheval.

Pourquoi vous devez absolument travailler la souplesse de vos chevaux