Share Button




« Mon cheval se moque de moi, il n’a pas de problèmes physiques« .

 

Voilà une réflexion que j’entends souvent et qui m’interpelle toujours parce que si votre cheval n’a pas de problèmes physiques, eh bien à ce moment là mettez-le dans le livre des records.

 

Parce que des chevaux qui n’ont pas de problèmes physiques, je n’en ai jamais vu.

 

Les chevaux d’ailleurs, s’ils n’ont pas de problèmes physiques, ils n’ont pas de problèmes tout court.

 

Ils vont faire tout ce que vous leur demandez, il n’y aura pas de souci.

 

Si vous avez des soucis, il y a de grandes chances que ça soit un problème physique.

 

Alors les problèmes physiques ce sont des problèmes qui sont liés par exemple à la ferrure, les chevaux ferrés ont des problèmes physiques.

 

Les chevaux non ferrés ont des problèmes physiques. Pas les mêmes. Ils en ont d’autres, mais ils en ont également.

 

Les chevaux qui sont montés ont des problèmes physiques. Les chevaux qui ne sont pas montés ont aussi des problèmes physiques parce qu’ils ne font pas d’exercice.

 

Les chevaux au box ont des problèmes physiques. Les chevaux dehors ont des problèmes physiques.

 

En fait, tous les chevaux ont des problèmes physiques.

 

On ne peut pas dire qu’un cheval n’a pas de problèmes physiques. Ce n’est pas vrai et d’ailleurs c’est la première chose qu’il faut rechercher.

 

On le voit au niveau des grands cavaliers ; c’est la première chose qu’ils recherchent, les problèmes physiques de leurs chevaux.

 

Ils sont tout le temps dessus parce qu’ils sont sûrs de leur technique et quand ça ne marche pas, ils savent bien que c’est un problème physique qui est à l’origine des soucis.

 

Si les gens me contactent pour me poser une question sur un de leurs problèmes c’est forcément qu’il y a quelque chose qui ne va pas.

 

Et s’il y a quelque chose qui ne va pas c’est avant tout dans le physique qu’il faut rechercher.

 

Alors évidemment, je n’ai pas la solution miracle pour le physique. Ce n’est pas possible d’ailleurs parce que les vétérinaires eux-mêmes sont parfois incapables de trouver les problèmes.

 

Comment voulez-vous qu’à distance je puisse le faire ?

 

Pourtant, ça m’arrive quelquefois puisque l’autre jour par exemple, j’ai été contacté par une personne qui avait un cheval qui faisait les six ans, donc qui sautait 130 et qui avait un problème.

 

Les ostéopathes n’avaient pas trouvé ce que c’était.

 

J’ai tout de suite pensé à un déplacement du sacrum et effectivement, lorsqu’elle a fait revenir l’ostéopathe, il a trouvé un déplacement du sacrum et le cheval maintenant est droit et va beaucoup mieux.

 

Donc même à distance, même par mail sans voir de photos, sans voir de vidéos, sans rien, j’arrive parfois, juste en lisant les mots qui sont employés par les personnes dans leur message, à trouver les pathologies.

 

C’est vrai que ça me permet d’avoir un regard extérieur neutre et sans à priori et notamment l’à priori qui est que les chevaux n’ont pas de problèmes physiques.

 

Franchement, ce n’est pas possible d’entendre ça. On sait que les chevaux ont tous des problèmes physiques.

 

Alors après, il y a des problèmes physiques qui leurs créent des soucis puis il y a des problèmes physiques qui ne leur posent aucun problème.

 

Il y a des chevaux qui sont durs au mal et donc qui sont capables même complètement cassés d’avoir des performances exceptionnelles. C’est ce qu’on appelle des cracks.

 

Bien sûr trouver les problèmes physiques, c’est très compliqué. Parce que les chevaux cachent leur douleur et donc vous pouvez faire ce que vous voulez, des fois vous ne pouvez pas les trouver.

 

Et à un moment donné ça va ressortir. J’ai ma jument qui a fait une tendinite du postérieur droit au niveau du jarret.

 

ça faisait plusieurs semaines qu’elle n’était pas bien et je ne trouvais pas ce que c’était et un jour j’ai décidé de faire une séance d’obstacles. Le lendemain, la tendinite est apparue.

 

Je savais qu’il y avait quelque chose mais je ne trouvais pas ce que c’était.

 

Et après elle est restée arrêtée plusieurs mois évidemment. Mais voilà, ce n’est pas toujours facile avec les chevaux de savoir où ils ont un problème. Mais souvent c’est quand même un problème physique.

 

Alors bien sûr pas toujours.

 

Avec les cavaliers débutants, ce n’est pas toujours un problème physique.

 

Avec eux, on entend une autre réflexion qui est la suivante : « j’ai l’impression que mon cheval se moque de moi » ou alors « ma copine m’a dit que mon cheval se moque de moi« .

 

Alors là c’est une réflexion de néophyte, parce qu’un cheval ne se moque pas.

 

Le cheval fait juste ce que vous lui demandez de faire.

 

Si vous lui laissez la porte ouverte, il va vous imposer des choses.

 

Si vous demandez correctement les choses, il va vous les faire très gentiment, très correctement.

 

En fait c’est la façon dont vous demandez qui importe.

 

Andy Booth dit « Quand je ne parlais pas le français, les gens, pour se faire comprendre, parlaient plus fort. Mais ça ne servait à rien puisque je ne comprenais pas les mots. »

 

C’est exactement ça. C’est-à-dire que l’on a tendance à penser quand on nous dit « ton cheval se moque de toi » ; « attends tu vas voir , il va voir de quel bois je me chauffe. Je vais lui montrer qui c’est le maître, qui c’est le chef »

 

En faisant ça vous allez mettre plus d’autorité, c’est-à-dire plus de voix, mais si votre cheval ne comprend pas ce que vous lui voulez, ce n’est pas en mettant plus de voix qu’il va mieux comprendre. Ce n’est pas possible.

 

Donc en fait, cette phrase qu’on entend beaucoup ; « mon cheval se moque de moi » ou « ton cheval se moque de toi », est contre-productive parce qu’effectivement ça vient du fait que vous ne demandez pas de la bonne façon.

 

Mais il ne faut pas se fâcher. Il ne faut pas demander plus et demander plus fort. ça ne sert à rien puisque de toute façon votre cheval ne comprend pas.

 

Ou plutôt, il comprend ce que vous lui demandez. Il ne comprend pas ce que vous ne lui demandez pas.

 

Donc en fait, c’est vous qui devez vous remettre en question.

 

C’est très difficile parce qu’il faut trouver la façon de demander qui va passer.

 

Donc il faut en essayer plusieurs gentiment, jusqu’à ce que vous trouviez une façon qui vous corresponde à tous les deux.

 

Et puis une façon qui va convenir un jour, ne va pas forcément convenir le lendemain, puisque les chevaux changent d’humeur d’un jour à l’autre. Il faut s’adapter en permanence.

 

Voilà ce que je voulais vous dire, pensez d’abord aux problèmes physiques.

 

Dans 80 % des cas, c’est un problème physique.

 

Pensez ensuite à la façon dont vous demandez, et là vous allez régler tous les problèmes.

 

Parce que si votre cheval n’a rien au niveau physique et qu’il vous comprend au niveau mental, les chevaux sont des animaux très gentils, il n’y a aucune raison qu’ils ne fassent pas ce que vous leur demandez.

 

Pour vous y aider, j’ai créé un pack Souplesse/Connexion.

Je suis Laurent Fumet auteur du livre « 41 mensonges équestres qui vous empêchent de progresser« . J’aide les cavaliers qui travaillent seuls à avoir un cheval heureux et motivé pour pratiquer une équitation sans contrainte grâce à la méthode des 3P (Physique, Psychique, Pratique) car je pense que rien n’est plus important que la compréhension du cheval.

Mon cheval se moque de moi

 

Share Button